Le Petit Catalaunien Illustré


Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 3,00 € dans nos points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos pages de présentation des n°62-1, 62, 61, 60, 59, 58, 57, 56, 55, 54, 53, 52, 51, 50, 49, 48, 47, 46, 45, 44, 43, 42, 41, 40, 39, 38, 37, 31 à 36, 23 à 30, 15 à 22, 7 à 14, 000 à 6

 Au sommaire du n° 62
                  Châlons en 1908
L'éditorial : La tempête des municipales
Lettre ouverte : la tempête des municipales 2008
A propos des transformations de Châlons
Une question récurrente
Histoire d’eau
Polémique autour de la Poste
Les crucifix dans les écoles
Rouspéteurs de tous les quartiers...
Avis aux musiciens de Châlons
Les inaugurations - carte d’électeur en 1790
Conférence - concert de la Libre - Pensée
Mgr Sévin sermonne ses ouailles
Du danger des ouvriers
Dis-moi qui ton programme hante...
L’association Républicaine entre en lice
Enfin de la polémique !
Les socialistes et la lutte des classes
Polémique autour des socialistes

Les socialistes indépendants
Un républicain dissident
Une liste sans étiquette
Un placard
Qu’avez-vous fait ? Rien ! Rien ! Rien !
Dépouillement et résultats du premier tour
L’analyse des résultats
La démission du maire
Entre deux tours... de polémiques !
Calomnies
L’Union débusque les réactionnaires
Appel aux électeurs républicains
Les résultats du second tour
Une défaite aux yeux des cléricaux
L’heure des comptes
L’élection de la municipalité
 

   

 
L'éditorial
de Sabine Schepens Rédactrice en chef

1908 : la tempête des municipales

L’histoire, dit-on, est un éternel recommencement. Si tel est bien le cas, quels enseignements pouvons-nous tirer en 2008 des élections municipales de 1908 ?

Cette année-là, trois listes principales étaient en présence. L’une, bien que se présentant sans étiquette, était soutenue par les réactionnaires et pouvait donc être classée à droite. A l’autre bout de l’échiquier politique, une seconde s’affichait comme étant socialiste, pure et dure, et en appelait donc à la lutte des classes. Entre les deux, une liste républicaine affirmait ne poursuivre qu’un objectif : apporter aux Châlonnais le progrès et la justice sociale.

Des programmes des uns et des autres, on retiendra que la liste sans étiquette déclarée n’en avait point vraiment, sauf à prendre en compte ses vagues promesses de “ faire aboutir les grands projets de travaux publics qui doivent procurer à notre population ouvrière le travail rémunérateur et régulier qui lui manque ”. Les socialistes, quant à eux, étaient alors particulièrement à court d’idées, si on en croit la presse de l’époque. Ils ambitionnaient en effet de réaliser “ d’excellentes choses ” et “ bien des progrès ” que les républicains avaient “ déjà faits ! ”. Reste le programme des républicains eux-mêmes. Il a, annonce-t-il, “ le souci de ne rien faire qui soit de nature à augmenter les charges des contribuables ”, de mettre “ au premier rang [de ses] préoccupations les œuvres d’assistance et de solidarité ”, ainsi que “ la prospérité du commerce [qui] est un des éléments principaux de la prospérité d’une ville ”.

La campagne électorale, bien que fort courte, fut très vive et les polémiques très virulentes autour des “ dissidents ” et des candidats républicains. On vit donc fleurir sur les murs de Châlons de grands “ placards ”. Ceux-ci étaient toutefois destinés non point à afficher la tête d’un candidat narcissique, mais à se payer celle de Joseph Servas, le président de l’association républicaine accusée de tous les maux.

Mais à l’issue du premier tour, malgré tout le battage médiatique autour de polémiques à n’en plus finir, la liste sans étiquette ne recueillit que 23,97% des voix, contre 47,82% à la liste républicaine et 19,74% à la liste socialiste qui renonça à se présenter au second tour. Entre les deux tours, bien que l’issue du combat ne fît plus aucun doute malgré la démission surprise du maire de Châlons, M. Damel, la campagne électorale fut particulièrement âpre et nauséeuse avec son lot de calomnies visant les républicains. Si elle ne changea pas le cours des choses, elle écorna cependant la victoire de la liste républicaine, ce qui fit crier victoire au très clérical Journal de la Marne.

Pour ceux qui pensent que l’histoire serait un éternel recommencement, il ne fait désormais plus aucun doute que les Châlonnais devraient en 2008, comme en 1908, changer de maire. Mais il leur faudra pour cela changer de municipalité en reprenant à leur compte les critiques d’il y a 100 ans qui l’accusait d’avoir «accompli une tâche médiocre». Cependant, nous nous devons de rappeler l’avertissement introduisant l’extrait de “ La guerre des pigeons ” joint à nos abonnés avec ce numéro : “ toute ressemblance avec des personnages et des événements existant ou ayant existé ne serait qu’une pure coïncidence ”. Et c’est heureux. Car, en démocratie, le fin mot de l’histoire doit toujours revenir aux électeurs.

Dans ce numéro, Le Journal de la Marne est mentionné par le sigle JdM et L’Union Républicaine par UR.

. Retour au sommaire

A propos des transformations de Châlons
Nous avons commencé à publier dans notre précédent numéro la première partie des articles que l’Union Républicaine a consacrés aux transformations de Châlons depuis 1870. Ce bilan des réalisations des municipalités républicaines serait toutefois à mitiger, si on en croit son confrère Le Journal de la Marne.

article publié dans le JdM 24 avril 1908

Une question récurrente
En 1908, la nécessité d’un second pont franchissant de la Marne en aval de celui existant se posait déjà. Le sujet fut abordé en questions diverses lors du conseil municipal du 17 février 1908 et renvoyé à après les élections. A l’époque, il s’agissait de prolonger l’avenue de Valmy en passant derrière le cimetière de l’ouest et le quartier de Madagascar. Un généreux Châlonnais alla jusqu’à donner 40 000 francs pour commencer les travaux. L’histoire ne dit cependant pas ce que devint cet argent.

article publié dans le JdM 1er mai 1908

Avis de mairie

La Municipalité est tout à fait étrangère à une annonce publiée dans les journaux de la localité par un plombier de la ville, et qui pourrait faire supposer qu’un seul compteur de vitesse est admis à Châlons pour les abonnés du service des eaux.
Il n’y a pas de monopole et tous les compteurs de vitesse réunissant les conditions du cahier des charges sont admis.
D’autre part, la délibération du 9 mars n’étant pas encore approuvée ne pourra être mise en application le 1er mai prochain.

Le maire, Damel
article publié dans l'UR du 4 avril 1908
Histoire d’eau

Un vieux compte à régler
Nous voici en période électorale, et au moment de la fabrication des listes, la population châlonnaise s’inquiète particulièrement de la question des Eaux.
Chacun se souvient du zèle et de l’acharnement que mirent MM. Charles, Pfender et Lemonnier dans cette affaire, de façon à imposer des compteurs à eau à tous les consommateurs. Chacun se souvient également du parti-pris avec lequel ces Messieurs n’acceptèrent aucune observation et poursuivirent leur œuvre malfaisante...
Des pères de familles.
article publié dans le JdM 10 avril 1908

Polémique autour de La Poste

Le Comité Châlonnais de Défense du Commerce local nous communique la lettre ouverte suivante, qu’il adresse à tous les conseillers municipaux :
“ Monsieur le maire,
Messieurs les Conseillers municipaux de la Ville de Châlons-sur-Marne,
Le Conseil municipal va être appelé lundi à statuer de nouveau sur la question de l’Hôtel des Postes.

Messieurs, vous êtes les représentants de tous les électeurs de la Ville et, au sujet de l’emplacement de la poste rue de la Gravière1, l’opinion générale n’est pas la vôtre...

article publié dans l'UR du 14 avril 1908

Les crucifix dans les écoles
Faut-il mettre des crucifix dans les écoles ? Non, répond l’Union Républicaine à un libéral pour qui la loi divine passe avant les lois de la République.
 

Châlons, le 22 janvier 1908

Vieille chanson !
J’ai reçu une lettre d’un monsieur qui a signé “ un libéral ” et qui m’apostrophe rudement. Comme je n’ai pas la même opinion que lui sur la question de savoir s’il faut mettre des crucifix dans les écoles, il est tout prêt de me tenir pour une canaille. Ce monsieur-là est vraiment “ un libéral ”...
...La domination romaine a fait son temps. Les cléricaux ont eu beau vouer la France entière au Sacré-Cœur, la France les a désavoués.
Emile Laporte
article publié dans l'UR du 22 janvier 1908

Rouspéteurs de tous les quartiers,
unissez-vous !

L’approche des élections est toujours un moment propice pour donner la parole aux rouspéteurs de tout poil. En ce début 1908, tout y passe : l’état des rues, le prix du gaz, le provisoire qui dure depuis 20 ans et même le petit coin...

divers articles publiés dans l'UR de janvier 1908

Avis aux musiciens de Châlons
Lettre ouverte au Syndicat des Musiciens de la Ville de Châlons

... Pourquoi donc, aujourd’hui, le Directeur de notre Musique Municipale, qui est un des promoteurs du Syndicat, demande-t-il à nos chefs de musiques militaires leurs meilleurs éléments ?...
Un amateur de bonne musique

article publié dans le JdM 8 mars 1908

Les inaugurations
Avant les élections, en 2008 comme en 1908, il est de bon ton de procéder à quelques inaugurations ministérielles de nouveaux bâtiments publics.

... Ces inaugurations seront un digne couronnement de la carrière municipale si mouvementée du maire de notre ville et qui à cette occasion doit recevoir le ruban rouge : un certain nombre de conseillers, les plus éminents, doivent être également décorés. Par précaution, ces fêtes doivent avoir lieu avant les élections, car on craint que plusieurs des nouveaux décorés, maire en tête, ne soient renvoyés à leurs chères études...

article publié dans le JdM 12 avril 1908

Carte d’électeur en 1790

Savez-vous comment, en 1790, était libellée une carte d’électeur ?

Lisez et méditez :

En tête de la carte étaient imprimés les mots : “ Assemblée électorale ”, au-dessous, un timbre portant trois fleurs de lys, et “ La nation, la Loi, le roi ”, en exergue : “ Electeurs du Département de Paris 1790 ”.

Sous le timbre on lisait cette formule :
“ Je jure et promets ... ”.
(Signature de l’Electeur.)
De nos jours, la carte d’électeur est moins solennelle.

article publié dans l'UR du 20 avril 1908

La conférence – concert de la Libre-Pensée
Tandis que Le Journal de la Marne noircit ses colonnes du feuilleton de la nomination et du sacre de Mgr Sevin, nouvel évêque de Châlons, l’Union Républicaine couvre très largement la conférence - concert donnée au cirque municipal par M. Emile Aubertin. Libre-penseur, avocat à la Cour d’appel de Paris et chevalier de la Légion d’honneur, ce dernier tint son auditoire en haleine sur le thème de « Les Eglises sous la République ».
 

article publié dans l'UR du 11 avril 1908

Mgr Sevin sermonne ses ouailles

Arrivé en pleine campagne électorale, Monseigneur Sevin, nouvel évêque de Châlons, adresse à ses ouailles une lettre pastorale lue dans les églises où ils vilipendent les francs-maçons, l’Etat, les moeurs, l’athéisme et les idées révolutionnaires qui, peu à peu, gangrènent une foule sans foi ni loi. Si L’Union Républicaine n’en parla pas, le très clérical Journal de la Marne y trouva pain béni pour sa campagne électorale et s’empressa d’en rendre compte.

article publié dans le JdM du 27 avril 1908

Du danger des ouvriers

Tribune publique
Les élections Municipales
On nous écrit :
Monsieur le Rédacteur,
Enfin nous y voilà ! A force de monter le coup aux ouvriers, ils ont fini par prendre la chose au sérieux. Et ils veulent à leur tour une part du gâteau. C’est logique, il faut en convenir, et c’était fatal...

article publié dans le JdM 26 avril 1908

Dis-moi qui ton programme hante...

Volontiers moraliste, Le Journal de la Marne met en garde ses lecteurs contre les programmes charlatanesques dont fait nécessairement partie celui de la municipalité en place porté par l’association républicaine.

...D’un côté, la politique de division, éternisant les haines et les rancunes entre les enfants d’un même pays, la politique d’agitation stérile... qui nous conduiraient fatalement à la révolution et à la Dictature.
De l’autre côté, la politique d’apaisement et d’union, la politique des réformes et des résultats, c’est-à-dire la seule politique capable de maintenir l’ordre, de sauvegarder toutes les libertés et d’assurer la prospérité matérielle et la grandeur morale de notre pays.
Aux électeurs de choisir !…

L. Gaillot
article publié dans le JdM 17 avril 1908

L’association Républicaine entre en lice
L’association républicaine, qui réunit les différentes familles du parti Républicain dont font partie les radicaux et radicaux-socialistes, est la première à présenter sa liste de candidats et son programme... une semaine avant le premier tour de scrutin fixé au 3 mai ! L’Union Républicaine soutient cette liste.

article publié dans l'UR du 28 avril 1908

Haro sur l’association Républicaine

Pour le Journal de la Marne, la liste de l’association républicaine serait l’oeuvre d’un mystérieux quatuor qui prétend gouverner la ville toute entière.

article publié dans le JdM 28 avril 1908

Enfin de la polémique !
Une campagne électorale sans polémique entre Le Journal de la Marne et L’Union Républicaine est inimaginable ! Les élections de 1908 ne faillirent donc pas à cette bonne vieille tradition. En voici quelques extraits.

...Le Journal de la Marne nous déclare qu’il est ahuri. Nous sommes trop poli pour le démentir.
La liste de l’Association républicaine ne plaît pas au Journal de la Marne. Nous sommes parfaitement satisfait que notre confrère ne le soit pas....
Il est vraiment facile de polémiquer […] quand on n’hésite pas à avancer les affirmations les plus audacieuses sans essayer même de démontrer leur véracité.
Telle est l’habituelle tactique du Journal de la Marne ! Rien ne gène notre confrère ; rien ne l’arrête. ...

article publié dans l'UR du 1er mai 1908

 

Les socialistes en appellent à la lutte des classes

Lutte des classes, révolution, collectivisation des moyens de production, l’internationale, tels sont les thèmes de campagne de la liste socialiste. Elle promet par ailleurs de réaliser, si elle est élue, d’excellentes choses qui ont déjà été mises en oeuvre par la municipalité républicaine et radicale en place !

Nous devons des félicitations aux candidats du Parti Socialiste (SFIO).
Oui, nous devons les féliciter de la franchise louable avec laquelle ils se présentent aux électeurs. Ils ont largement déployé leur drapeau rouge. Ils ont hautement proclamé leur programme révolutionnaire....
Partisans de la lutte des classes ! Dès la première phrase de leur profession de foi, ils le proclament. C’est “ une liste de classe ” qu’ils présentent.
Révolutionnaires ! Ils ne font aucune difficulté pour le reconnaître, puisqu’ils déclarent que toutes les réformes n’ont qu’une importance relative.
Collectivistes ! Ils l’affichent carrément et demandent la socialisation des moyens de production et d’échange.

article publié dans l'UR du 29 avril 1908

Un républicain dissident
La candidature dissidente de M. Charles fait réagir Le Journal de la Marne et L’Union Républicaine. Le premier enfonce le clou, le second en appelle à la discipline républicaine.

La candidature de M. Charles
M. Charles, conseiller sortant, exclu de la liste de l’Association Républicaine, a posé sa candidature par la profession de foi suivante :
“ Electeurs Républicains,
Depuis peu, l’association Républicaine est devenue la chose d’une coterie et d’un comité occulte...
Charles, conseiller sortant

article publié dans le JdM du 2 mai 1908

 

Polémique autour des socialistes


Entre le parti radical-socialiste, qui fédère l’association républicaine, et le parti socialiste unifié, le Journal de la Marne fait volontiers un amalgame et reproche à son confrère sa mansuétude envers les collectivistes. L’Union Républicaine lui réplique vertement en lui rappelant les connivences existant au parlement entre les socialistes et les cléricaux.

article publié dans l'UR du 26 avril 1908

 

Une liste sans étiquette

L’existence d’une troisième liste sans étiquette, dite «dissidente», n’est connue que la veille du premier tour des élections. Incomplète, elle serait l’oeuvre d’un mystérieux personnage. L’ambiguité la plus totale qui règne autour de cette liste sans étiquette politique paraît savamment entretenue. Le Journal de la Marne n’y voit qu’une liste du commerce réfractaire aux automates votant au doigt et à l’oeil. L’Union Républicaine dénonce, pour l’heure, une oeuvre dissidente dirigée contre la liste de l’association républicaine que ce journal soutient.

article publié dans l'UR du 3 mai 1908

Un placard

Il a été affiché mercredi soir, sur les murs de notre ville, sous forme de “ Lettre ouverte à M. Servas ”, un placard signé Néant.
Voilà une signature qui aurait pu tout aussi bien servir de titre que de conclusion. […]
L’auteur de ce placard se prétend animé des meilleurs sentiments. C’est bien possible. Mais comment veut-il qu’on en juge puisqu’il n’a même pas voulu mettre son nom au bas de cette diatribe ?...

article publié dans l'UR du 1er mai 1908

 

Qu’avez-vous fait ? Rien ! Rien ! Rien !
Parmi les coups bas de la campagne électorale de 1908 figure une affiche anonyme s’en prenant vertement à Joseph Servas. Le Journal de la Marne saisit cette opportunité pour attaquer avec véhémence le président de l’association républicaine et la municipalité sortante.

...M. Servas a dû renvoyer cette affiche à ses collègues, en leur demandant ce qu’il y aurait à répondre à cette terrible interrogation : “Qu’avez-vous fait ? RIEN, RIEN, RIEN ! ! !”.

... Voilà ce que, dans l’affiche du Vieux radical, il eût fallu dire. Il est vrai que M. Servas n’aurait pas été embarrassé pour si peu : dans l’ère nouvelle qui va s’ouvrit sous ses auspices, notre ville verra se réaliser les grandes choses que notre population attend du Président de l’Association républicaine.
article publié dans le JdM 30 avril 1908

Les résultats du premier tour

Sur 6 136 électeurs inscrits (les femmes ne votent pas), 72,56% sont venus voter... En moyenne, chacun des 27 candidats de l’association républicaine obtient 47,82% des voix, contre 23,97% à chacun des 7 candidats de la liste dissidente et 19,74% à chacun des 17 candidats de la liste socialiste. M. Hugé, socialiste indépendant non candidat, obtient quant à lui 448 voix (10,19%).

Le dépouillement
Journée chaude, s’il en fut, mais seulement au point de vue atmosphérique. ... Beaucoup de monde dans les rues, principalement aux abords de l’Hôtel-de-Ville, qui ne désemplit guère de 8 heures du soir à 3 heures du matin... A 3 heures ½ proclamation du scrutin.
Aucune manifestation ne se produit.

article publié dans l'UR du 5 mai 1908

L’analyse des résultats
L’analyse des résultats du premier tour que font Le Journal de la Marne et L’Union Républicaine se retrouve au moins sur un point : la présence d’une liste dissidente a compliqué la situation. Son absence de positionnement «réactionnaire» a fortement brouillé la lisibilité de l’enjeu politique de ces élections locales.

...C’est, maintenant, au second tour qu’il faut songer. Il importe cette fois que les républicains retrouvent leur cohésion. Il ne faut plus s’abandonner à des fantaisies individuelles que l’on ne pourrait réparer.
article publié dans l'UR du 6 mai 1908

 

1904 et 1908

Il est intéressant de comparer les chiffres du scrutin de 1904 et ceux de 1908. […] Sur ces chiffres de 1904, ont perdu, savoir : MM Charles, 673 ; Bernard, 850 ; […] Damel, 1 185 ; Gélin, 507 ; […] Servas, 374 ; […]. MM Dalizon et Rémy, de la liste indépendante, […] ont cette année, en plus, 525 et 646.
 

article publié dans le JdM du 5 mai 1908

 

La démission du maire
Au lendemain d’un scrutin qui le mit en ballottage difficile avec 39,7% des voix, M. Damel, maire de Châlons, annonce sa décision de ne pas être candidat au deuxième tour.

... Que M. Damel reçoive ici l’expression sincère de ces sentiments dont nous nous faisons le fidèle interprète.
 

article publié dans l'UR du 8 mai 1908

 

La démission de M. Damel
On a annoncé hier la démission de M. Damel tant comme maire de Châlons que comme membre de l’Association Républicaine.
article publié dans le JdM du 6 mai 1908

 

Entre deux tours... de polémiques !
Entre les deux tours, la polémique se fait plus vive du côté des cléricaux. Le Journal de la Marne ouvre abondamment ses colonnes à ses lecteurs. Ou prétendus tels...

...L’Union a prétendu l’autre jour que la Municipalité était impuissante à diminuer la cherté de la vie à Châlons. Elle a plutôt feint (pas de jeu de mots, hein !) de le croire… Elle ne doit pas ignorer, en effet, que la susdite cherté est surtout due aux nombreuses taxes qui pèsent si lourdement sur tous les objets de consommation.

article publié dans le JdM du 7 mai 1908

 

Calomnie anonyme

Nous avons sous les yeux un libelle parfaitement calomnieux et prudemment anonyme, dans lequel M. Octave Génin, conseiller sortant, candidat républicain, est accusé d’avoir défendu, à la commission des travaux, les intérêts d’un de ses clients contre ceux de la ville.
Le caractère de ce papier anonyme que ni l’auteur, ni l’imprimeur n’osèrent signer mais qui porte nettement l’empreinte de Basile dispenserait à la rigueur à M. Gélin de s’en occuper.
Mais M. Gélin veut démasquer et confondre son calomniateur.
Il nous prie de démentir de la façon la plus formelle les allégations mensongères contenues dans ce libelle et d’annoncer qu’il va en rechercher l’auteur pour le poursuivre devant le tribunal correctionnel.
article publié dans l'UR du 9 mai 1908
L’Union débusque les réactionnaires
L’Union républicaine dévoile entre les deux tours l’identité du citoyen qui compose et manipule la liste dissidente sans pour autant y inscrire son nom. Une liste qu’il dénonce comme étant soutenue en coulisse par les réactionnaires, bien décidés à abattre les républicains.

La liste Bloch
Plusieurs de nos amis nous ont demandé si les renseignements que nous avons donnés hier à propos de la liste dite des “ dissidents ” sont bien exacts et s’il est vrai qu’elle a été constituée sur l’initiative de M. Bloch.
Nous ne pouvons que confirmer ce que nous avons écrit. Non seulement M. Bloch a pris “ l’initiative ” de constituer cette liste ; mais il a fait de très nombreuses démarches pour recueillir les adhésions des candidats, décider les hésitants et encourager les timides....

article publié dans l'UR du 8 mai 1908

Électeurs Républicains,

[…] De la confiance que vous nous avez témoignée, nous sommes fiers et nous saurons nous en montrer dignes. […]
Il vous reste maintenant à compléter votre œuvre dimanche prochain. Nous nous permettons de faire auprès de vous un appel chaleureux en faveur des dix-sept candidats que vous présente l’Association Républicaine.
[…] Vous savez quel est [le] programme [de nos candidats], vous ne doutez pas de leur dévouement aux intérêts châlonnais et vous pouvez être assurés qu’ils travailleront de tout cœur à la prospérité de notre ville.

Electeurs républicains,

Voudriez-vous laisser entrer à l’Hôtel de Ville des hommes qui ne devraient leur élection qu’aux réactionnaires et qui, par conséquent, ne pourraient être que vos adversaires et les adversaires de la République ?
TOUS AUX URNES,

Vive la république démocratique !

article publié dans l'UR du 8 mai 1908
 
Les résultats du second tour

Les électeurs se sont moins mobilisés qu’au premier tour avec un taux de participation de 65%.
A l’issue du second tour, la liste présentée par l’association républicaine recueille 15 sièges, les élus ayant obtenu entre 45,7 et 52,6% des suffrages. La liste “ dissidente ” obtient deux élus.
 
Une défaite aux yeux des cléricaux
Pour le Journal de la Marne, il ne fait pas de doute que les élections municipales des 3 et 10 mai 1908 se soldent par une défaite des républicains, ce dont il se réjouit.
 

La dislocation de l’Association républicaine
De la journée d’hier, l’Association radicale-socialiste sort meurtrie, disloquée, amoindrie...

article publié dans le JdM du 11 mai 1908

L’heure des comptes
L’Union républicaine, qui ne partage absolument pas l’analyse de son confrère quant à la prétendue défaite des républicains, revient sur les attaques calomnieuses ayant visé M. Gélin, un républicain convaincu, et sur le retrait fort ambigu des candidats du parti socialiste.

...Mais le Journal de la Marne lui-même n’oserait pas soutenir que c’est l’homme politique qu’on a voulu atteindre en M. Gélin et que s’il avait été moins ardemment républicain, on l’aurait moins combattu !
En terminant nous voulons prendre acte, pour mémoire, de l’attitude adoptée par la Section Châlonnaise du Parti socialiste unifié. L’affiche par laquelle elle retirait les candidatures de ses représentants était conçue en terme tels que les électeurs socialistes pouvaient se croire exhortés à voter aussi bien contre que pour la liste républicaine. Ce n’est pas de leur faute si celle-ci n’a pas été mise en échec....
 

article publié dans l'UR du 13 mai 1908

Conseil municipal - Séance du 17 mai 1908
L’élection de la Municipalité

M. Charles Bernard ayant obtenu la majorité absolue [19 voix sur 27], est proclamé Maire de la Ville de Châlons.


Election du premier adjoint […]
M. Thuveny est élu avec 24 voix sur 27.

[…] Election du second adjoint
[…] M. Servas est élu avec 22 voix. […]

Nous constatons avec plaisir que l’élection de la nouvelle municipalité a trouvé dans la population châlonnaise un écho favorable. […]
article publié dans l'UR du 19 mai 1908

 

 RETOUR AU DEBUT DE PAGE
© 2008 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés