numéro 86-1 supplément
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 


Numéro complémentaire 86-1
28 pages

disponible
 


Ce numéro double fait l’objet d’un tirage limité.
Il est
disponible au prix de 12,00 € dans nos
points de vente habituels et sur abonnement.

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

voir aussi nos
 pages de présentation

Au sommaire

L’édito : un trimestre très patrimoine
L’assemblée générale : quel avenir pour la protection du patrimoine ?
La Haute-Mère-Dieu :
-rapport présenté à l’assemblée générale
- évolution du dossier depuis
- échanges de courrier
L’abbaye de Toussaints :
-rapport présenté à l’assemblée générale
- évolution du dossier depuis
- échanges de courrier
De la ZPPAUP à l’AVAP ?
-rapport présenté à l’assemblée générale
Questions diverses
- dictionnaire biographique de la Catalaunie
- suites données aux 3 lettres adressées au maire de Châlons
- pour conclure l’assemblée générale
Interpellation des candidats aux municipales et leurs réponses
1) A propos du dictionnaire biographique
- lettre du 12 février aux candidats républicains
- lettre du 6 janvier au maire de Châlons
- réponse de M. Bernard Namura
- réponse de M. Rudy Namur
- réponse de M. Benoist Apparu
2) A propos de la statue de Jeanne d’Arc
- lettre du 27 décembre au maire
- lettre du 28 février à M. Pascal Erre et sa réponse
3) A propos du patrimoine
- lettre du 28 février aux candidats républicains
- réponse de M. Rudy Namur et analyse
- vie associative : lettre reçue
- réponse de M. Bernard Namura et analyse
- réponse de M. Benoist Apparu
- décryptage de la non-réponse de M. Apparu
- son projet face à nos questionnements - analyse
Skatepark au grand jard : une fausse bonne idée
Grand Jard : un site classé
Skatepark : modulaire ou intégré ?
 


 

 

L'éditorial
de Bruno Malthet

président de l'association

Un trimestre très patrimoine

... Pour pallier le temps, l’argent et l’énergie perdus, nous avons repris nos habits de lanceur d’alerte, d’ouvreur de conscience. Nous avons interrogé le maire sortant et les candidats à sa succession sur la protection du patrimoine. Nous publions nos interpellations, les réponses obtenues et nos analyses, ainsi qu’un dossier sur l’hérésie que constituerait l’implantation d’un skatepark dans les fosses du grand Jard. Quel que soit le candidat qui occupera le siège de maire au lendemain des élections municipales, nous en attendons des rapports apaisés et une concertation respectueuse du fait associatif, quand bien même des désaccords sur le fond ou la forme subsisteraient entre notre association et la municipalité.  Pour lire la suite...

 

Un skatepark : oui
Au grand Jard : non !

 

Pourquoi une telle position ?

En premier lieu, le grand Jard est un site classé. Il bénéficie donc de la protection visée à l’article L. 341-1 du code de l’environnement exigeant sa « conservation en l’état (entretien, restauration, mise en valeur... ) et [sa] préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) ». Ce classement implique que « tous travaux susceptibles de modifier l’aspect ou l’état d’un site sont soumis au contrôle du ministre chargé des sites ou du préfet du département ».

Or, la création d’un skate park, qu’il soit modulaire ou intégré, dans un ou plusieurs bassins du grand Jard nécessite une transformation qui les altérerait profondément et en modifierait l’aspect et l’état. Leur végétation laisserait en effet place soit à :
• des modules pré-fabriqués en bois, métal ou béton posés sur une dalle béton préalablement coulée pour l’occasion (parc modulaire) ;
• un aménagement en béton coffré, projeté ou moulé (parc intégré).

En second lieu, le plan de prévention des risques inondation (PPRI) a classé le grand Jard en zone inondable, ce qui signifie que toute construction y est strictement interdite.

A supposer toutefois, ce qui paraît très improbable, que le ministre ou le préfet autoriserait le maire à passer outre à ces deux interdictions, que se passerait-il ? Oublions pour l’heure le risque de censure par les tribunaux, qui ne manqueraient pas d’être saisis, pour examiner l’environnement du site. La nature inondable des lieux, ne serait-ce que par remontée des nappes phréatiques, occasionnerait très rapidement, en deux ou trois hivers, une fragilisation des structures modulables ou intégrées et les rendrait inaptes à un usage normal.

Le skate a droit de cité, avec ou sans les cultures urbaines. Châlons ne manque pas de lieux mieux adaptés que le grand Jard.

 

 

 

© 2014 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés