numéro 96 automne 2016
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 96
32 pages

disponible

 

Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité.
Il est
disponible au prix de 6,50 € dans nos
points de vente habituels et sur abonnement.

Au sommaire

3 L’éditorial : le combat continue
4 Chantons Châlons…
Vive Châlons
5 Châlons chanson
7 Roger Canard
8 Retour d’exode
9 Du bon usage des choses
9 Flâneries dans les rues de Châlons
10 Murs d’aphorismes
Gérard Rondeau, photographe
11 A propos des promenades de Châlons
14 Expositions au Musée et d’Art Vivant

15 Le pourquoi d’un recours
16 Pourquoi mentir ?
17 Une artificialisation toujours excessive...
18 L’histoire vue par des amateurs
18 Décryptage du plan de Colluel
20 Qu’est-ce que l’esprit des lieux ?

 

20 Le tapis vert des bassins
21 Le Jard dans le Mercure Galant
21 D’incroyables exploits !
21 Paroles d’élus…
22 On compte sur vous !
23 Et les forains ?
23 Incivilités à Epernay et Reims
24 Risque sanitaire au grand Jard
24
Dernière minute

25 Après l’incendie de Toussaints
26 Histoire d’un drame inéluctable
27 La misère de Tirlet
28 La dernière scène d’une tragi-comédie
29 La difficile naissance d’un site patrimonial remarquable
31 Une date à retenir
32 A lire

 

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

 

 

 
L'éditorial
de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

Le combat continue

« Grand jard : l’été sera chaud », pouvait-on lire sur la couverture de notre dernier numéro. En attendant, nous préparions activement celui d’automne avec un dossier consacré à l’histoire du couvent des Augustins qui promettait d’être fort instructif. Mais l’actualité du grand Jard a repris le dessus avec la signature des arrêtés municipaux autorisant les aménagements contre lesquels nous sommes vent debout depuis deux ans.

L’affichage fin juillet de ces arrêtés, qui déclenche le délai de recours fixé à deux mois par la loi, lorsque tout Châlons était en vacances et nous-mêmes sur le point de partir, nous a pris de court. Il nous a fallu nous adapter, récupérer les dossiers à notre retour, tant auprès de la ville que de la DREAL, et les analyser avant de les présenter au Conseil d’administration de l’association Nouvelle Catalaunie.

Il lui a fallu faire preuve de pragmatisme entre l’évidente et ardente nécessité de défendre le patrimoine châlonnais, la grande technicité nécessaire pour y parvenir et un calendrier contraint avec la préparation du 25e anniversaire de l’association et du Petit Catalaunien Illustré. Pour y parvenir, le Conseil d’administration a fait le choix de confier la défense de ce dossier à un cabinet d’avocats qui, après analyse, a accepté de le porter.

Ce choix a un coût pour lequel l’association sait pouvoir compter sur la générosité de ses adhérents, de ses abonnés et, au-delà, de tous ceux qui se mobilisent contre ce projet. Cet été, la Société des Amis des Jards a fait un travail de terrain remarquable en allant à la rencontre des Châlonnais fréquentant le site classé et en les invitant à signer sa pétition « Oui au grand jard mais sans béton ! ».

L’association Nouvelle Catalaunie, quant à elle, s’est astreinte à un silence médiatique afin de travailler sur ce dossier dans le calme. Elle a en conséquence refusé de répondre aux polémiques lancées par le maire de Châlons dans la presse locale visant à dénigrer, par le mensonge et sans vergogne, les actions passées et présentes qu’elle a toujours menées en respectant l’éthique et les valeurs républicaines, quoi qu’il lui en coûte.

Si donc cette actualité brûlante nous a contraints à reporter à plus tard le dossier consacré à l’histoire du couvent des Augustins, ce numéro du Petit Catalaunien Illustré n’en oublie pas pour autant ses rubriques habituelles. Il rend un hommage mérité à Roger Canard, disparu voici 10 ans, en annonçant la sortie prochaine d’un hors-série réunissant ses flâneries dans Catalaunum. Il revient sur les actions menées cet été par l’association et sur le drame qui a embrasé les combles de l’abbaye de Toussaints.

Le second hors-série que nous publierons à l’occasion de notre 25e anniversaire permettra à chacun de mesurer la difficulté des combats que nous avons portés et que nous continuons à mener, ainsi que leur importance pour le patrimoine. Les festivités que nous organiserons le samedi 26 novembre prochain seront l’occasion de remercier nos adhérents, abonnés et amis du soutien sans faille qu’ils continuent de nous apporter.

Sabine Schepens                  Bruno Malthet
rédactrice en chef                 président de l’association.
 

Chantons Châlons…

Sur les moteurs de recherche, la seule chanson que l’on trouve évoquant Châlons est une chanson paillarde, celle qu’entonnait jadis gaiement un bidasse qui, « En revenant du camp d’Châlons / Brindezingue, la faridondon ! / [a] rencontré Marie-Suzon ». [...] Pourtant, Châlons a été chantée à au moins deux reprises.
Roger Canard

Voici 10 ans, Roger Canard nous quittait. Résistant, commerçant, homme politique, il était surtout connu de nos lecteurs comme un littérateur à la plume alerte, auteur d’une centaine de récits à fonds principalement historique. Le Petit Catalaunien Illustré, qui en a publié une quarantaine, ne l’a pas oublié et lui rend un hommage bien mérité.
Retour d’exode
Parmi les récits inédits de Roger Canard figure un texte inachevé dans lequel, lorsque la mort l’emporta, il prévoyait de nous raconter une histoire vraie, celle de sa belle famille. La voici.
Du bon usage des choses

Roger Canard doit manquer à Bruno Bourg-Broc à qui il écrivait régulièrement en maniant humour et ironie, comme nous le montre cette correspondance.
Flâneries dans les rues de Châlons

Amoureux de sa ville, Roger Canard aimait particulièrement flâner dans ses rues pour mieux en raconter l’histoire. Le Petit Catalaunien Illustré a rassemblé ses récits en un numéro hors série abondamment illustré.

Gérard Rondeau, photographe

Né le 10 avril 1953 à Châlons, le photographe Gérard Rondeau nous a quitté le 13 septembre dernier. Le Petit Catalaunien Illustré lui fend hommage.
Murs d’aphorismes

« Pionnières ! Inspirantes, exigeantes, exceptionnelles, incroyables, ces femmes nous rappellent que le champ des possibles est à tout jamais infini ». Ainsi commence cette exposition d’œuvres d’art de rue originales, dans tous les sens du terme.

A propos des promenades de Châlons-sur-Marne

« La particularité de Châlons est, sans conteste, le charme de ses promenades incomparables. Mais, il ne semble pas que le renom qui en résulte ait toute l’ampleur qu’on est en droit d’espérer. Il nous a paru de notre devoir d’appeler l’attention publique sur cette petite injustice. » (Joseph Chevron, 1934)
Vernis Frais !
Avec son exposition « Vernis frais ! Dix ans de restaurations », les musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons met en scène le dernier volet d’un triptyque dédié au travail des musées. Il a donné lieu à deux autres expositions, « Attention chantier ! Les coulisses du musée » et « Adjugé ! Dix ans d’acquisitions » dont le Petit Catalaunien Illustré s’est fait l’écho.
Le 73e salon d’automne

L’association Art Vivant ouvrira les portes de son 73e salon d’automne du 9 au 23 octobre 2016 au prieuré de Vinetz (rue de Vinetz) à Châlons. Un événement incontournable de la vie culturelle châlonnaise à ne manquer sous aucun prétexte.
La galerie des Châlonnais célèbres

La galerie Lallement, qui relie le grand escalier de l’Hôtel de Ville à la galerie de peinture du musée, fut, après la fermeture du musée Schiller & Goethe,, consacrée à Léon Bourgeois, prix Nobel de la Paix, avant de servir à d’autres fins. Depuis le 30 septembre, elle s’est transformée en galerie des Châlonnais célèbres, prolongeant ainsi celle des grisailles de l’hôtel de ville. Une visite s’impose.
Grand Jard : Le pourquoi d’un recours

Le parti d’aménagement du grand jard vient dénaturer la vocation, l’aspect et l’esprit de ce site classé. Cette conviction, qu’elle partage avec tous les Châlonnais amoureux de leur ville, a conduit l’association Nouvelle Catalaunie à donner mandat à son avocate d’engager un recours devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.
Pourquoi mentir ?

En bas de la page 3 du procès-verbal de la séance du 29 juin 2015 de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS), on peut lire que « M. Boucton demande si les graves concassées stabilisées seront perméables. M. Soucat répond par l’affirmative. » ...
Une artificialisation toujours excessive

Le 9 septembre 2015, la ministre a refusé les aménagements envisagés en raison, notamment, de l’artificialisation excessive qu’ils occasionnaient. Son autorisation spéciale du 27 juin 2016 n’en faisant plus état, nous avons voulu comprendre, et surtout mesurer, ce qui avait changé dans cet intervalle de 10 mois par rapport à la situation actuelle.
Grand jard : L’histoire vue par des amateurs

Tout projet d’aménagement d’un site classé doit comporter une étude historique permettant d’appréhender « l’esprit des lieux ». Celle présentée par la ville de Châlons et ses conseils est truffée de tant d’erreurs et comporte de si graves lacunes, en partie révélées par Le Petit Catalaunien Illustré n° 95, qu’elles lui retirent tout crédit scientifique.
Décryptage du plan de Colluel

Quiconque s’intéresse à l’histoire des lieux ne peut comprendre la portée de ce plan qu’en le comparant à l’existant, au jard tel qu’il figure sur un plan de 1755 conservé à la bibliothèque. On y voit le jard composé de deux bassins triangulaires bordés d’alignements d’arbres et séparés du pré du vidamé et de la Marne par une noue.
Qu’est-ce que l’esprit des lieux ?

On trouve une excellente définition de la notion d’esprit des lieux dans la documentation scientifique produite par le « Conseil international des monuments et des sites » (ICOMOS). Elle est due à deux éminents spécialistes, Michèle Prats et Jean-Pierre Thibault. [...] Appliquée au grand jard de Châlons, cette définition eût donné un tout autre résultat que le parti d’aménagement retenu.
Le tapis vert des bassins

Les Archives municipales de Châlons conservent les registres des réunions du Conseil de Ville, l’ancêtre de l’actuel Conseil municipal. On trouve dans un de ces registres une conclusion dudit Conseil en date du 18 juillet 1720.

Les dernières promenades

Des promenades, Châlons en possédait d’autres jusqu’à la deuxième guerre mondiale, ainsi que nous le rappelle Joseph Chevron dans le récit que nous publions par ailleurs. Elles étaient toutes un héritage du XVIIIe siècle et forçaient l’admiration générale. Mais aucune d’elles n’égala le Jard avec ses bassins, sauf une, peut-être.
Le Jard dans le Mercure Galant

Peu de sites classés peuvent se targuer d’avoir été cités en termes fort élogieux dans le « Mercure Galant », un des premiers périodiques français. Fondé en 1672 par Donneau de Visé, il fournissait au public parisien et provincial des nouvelles de la Cour et de la ville, et rendait compte de tous les événements, mondains
Paroles d’élus…

Le procès-verbal de la séance du 29 juin 2015 de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) signale que « M. Apparu souligne que […] l’idée est de disposer d’un site grandiose et pittoresque comme il l’était à l’origine en 1930. Il convient également de redonner de l’attractivité aux jardins grâce à l’aménagement des fosses. »...
On compte sur vous !

Dans les allées d’une grande surface châlonnaise, une Châlonnaise interpelle le président de l’association Nouvelle Catalaunie à propos du grand Jard : « Dites, c’est vrai ce que raconte la presse ? Ils ne vont tout de même pas nous faire ça ! Un skatepark au jard, c’est vraiment n’importe quoi ! » Loin de la rassurer, les explications fournies achevèrent de la bouleverser. « Mais ce n’est pas possible ! Ils sont devenus fous, ou quoi ? », lâche-t-elle. Puis, après un moment de silence, elle lui prend le bras et le supplie : « Il n’y a que vous qui puissiez faire quelque chose pour empêcher ça… On compte sur vous ! ».
Et les forains ?

Le procès-verbal de la séance du 29 juin 2015 de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) signale que «M. Soutric [secrétaire général de la préfecteure et président de la CDNPS] s’interroge sur les dégâts qui pourraient être occasionnés par les forains lors de la traditionnelle foire de la Saint Glin-Glin. M. Apparu précise que les forains...
Incivilités à Epernay et Reims

Epsilon, une association sparnacienne de skate, demande depuis un an au maire d’Epernay de sécuriser le skatepark à l’aide d’une caméra de vidéo-surveillance...

Risque sanitaire au grand jard

La Société des Amis des Jards a adressé une lettre au préfet de la Marne à propos de l’aspect sanitaire du projet d’aménagement du grand jard. Ce sujet, totalement occulté jusqu’à présent, mérite pourtant qu’on s’y intéresse de près.
 
Dernière minute

La réponse reçue de la Préfecture le 26 septembre 2016 par la Société des Amis des jards est tout aussi intéressante qu’intrigante. Elle reconnaît en effet que le skatepark pose un réel problème au regard de la loi sur l’eau. De même, elle admet que la grave concassée va imperméabiliser les sols des allées qui, au demeurant, occupent 2,85 ha et non pas moins d’1 ha. Aussi est-on en droit de se demander pourquoi ces sujets n’ont pas été soulevés et réglés préalablement à l’octroi de l’autorisation ministérielle.
.
Après l’incendie de Toussaints

L’incendie qui a ravagé les combes de l’ancienne abbaye de Toussaints ravive les craintes de l’association Nouvelle Catalaunie.
La misère de Tirlet

Inscrits monuments historiques, les bâtiments anciens de la cité administrative Tirlet sont fort mal entretenus. L’association Nouvelle catalaunie est intervenue auprès de la ville, propriétaire des lieux.
La dernière scène d’une tragi-comédie

L’article de notre précédent numéro consacré à la tragi-comédie de Garinet a fait réagir M. Devaux, adjoint en charge de l’urbanisme.
La difficile naissance d’un site patrimonial remarquable

PLU, PADD, ZPPAUP, AVAP et SPR... Au milieu de tous ces sigles, la ville de Châlons semble s’emmêler les crayons et a oublié de mettre à jour ses connaissances législatives. Décryptage d’un désastre à venir.
Une date à retenir

Le 26 novembre 2016, l’association Nouvelle Catalaunie et le Petit Catalaunien Illustré fêteront leur 25e anniversaire avec leurs adhérents et abonnés.
A lire
© 2016 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés