n° 101 -hiver 2017-2018
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Numéro 101
32 pages

disponible

 

Au sommaire

 3 L’édito : au chevet de nos soldats
4 Les hôpitaux militaires châlonnais en août 1914
6 Le costume des infirmières
7 Une mobilisation sanitaire et solidaire
8 L’Hôtel-Dieu pendant l’invasion
9 Pour les soldats blessés
10 L’Oeuvre « Pour nos soldats »
10 Nos bonnes sœurs
11 Les péniches ambulances au jard
12 Pour les fêtes des soldats hospitalisés
12 En attendant la victoire
12 Une soirée récréative
13 Un infirmier pasteurien
15 « Souvenir de guerre »
15 Toast du 14 juillet 1916
16 Qui était Alexis Robillard ?
16 L’hôpital temporaire n°3
17 Robillard, la Patrie et l’Amérique


18 Le conférencier
19 Le vulgarisateur de Pasteur
20 Eloge pasteurien
21 Le 40e anniversaire du voeu de Roger Canard
22 Champagne !
23 Histoire et communication
24 Un laboratoire d’innovations
25 Quelle stratégie pour le territoire de l’agglomération ?
25 L’agriculture de demain
26 Périphérique ou serpent de mer ?
27 Tirer parti du Champagne
29 « Vers de nouvelles formes d’expressions citoyennes »
30 Hors-la-loi
31 Un PLU adopté en catimini
31 Transformation de la ZPPAUP en AVAP
32 A lire et à entendre

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros, rendez-vous sur notre boutique virtuelle

Ce numéro  fait l’objet d’un tirage limité. Il est disponible au prix de 6,50 € dans nos
points de vente habituels et sur abonnement.

L'éditorial

 

 

 
 

de Sabine Schepens

rédactrice en chef

 

et de Bruno Malthet
président de l'association

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au chevet de nos soldats

Alexis Robillard fait partie de ces personnages qu’on qualifie souvent d’original. Marie-Claude Fortier, membre de la Société des Amis de Pasteur, nous le fit découvrir en 2015 lorsqu’elle nous interrogea sur cet infirmier pasteurien de la Grande Guerre. Elle souhaitait accéder à des opuscules qu’il publia lors de son passage à l’hôpital militaire temporaire n° 3 installé à l’Ecole Normale de Garçons, l’ancienne abbaye de Toussaints, et qui sont conservés à la bibliothèque de Châlons. Nous lui apportâmes volontiers notre aide en nous interrogeant sur la place que nous pourrions donner à ce singulier sergent - infirmier dans un prochain Petit Catalaunien Illustré. Puis, ne l’ayant pas trouvée, nous l’oubliâmes.

Au moment de préparer ce numéro 101, Alexis Robillard se rappela à notre bon souvenir. Il nous fallait dépasser la frustration que laisse au chercheur la lecture de ces opuscules et en savoir un peu plus sur cet énigmatique personnage. Sous quel angle devions-nous le présenter ? Au fur et à mesure que son image sortait de l’ombre et que les brumes de la Grande Guerre se déchiraient, le malaise qui, à l’origine, nous avait envahi, commença à se dissiper. Certes, l’intéressé laisse l’image d’un excentrique, adepte de la numérologie, une pratique fort peu scientifique et sans rapport avec les travaux de Pasteur dont il se dit vulgarisateur. Mais il était aussi un conférencier dont la bibliothèque conserve la trace de son passage à Châlons.

Son côté quelque peu loufoque au pays de Pierre Dac avait-il laissé d’autres souvenirs ? Nous les cherchâmes en vain dans la presse locale mais y trouvâmes ce que, secrètement, nous cherchions : les soldats blessés, éclopés et malades qui, quatre années durant, emplirent les hôpitaux militaires de Châlons. Robillard fut au chevet de nombre d’entre eux et, avec lui, d’autres infirmiers et infirmières, du service de santé de l’armée ou de la Croix-Rouge, pour assister le corps médical. Il y avait là un vaste sujet venant resituer notre personnage dans son contexte châlonnais et qu’il nous fallait restituer.

Nous l’avons fait au détriment du dossier que nous avions préparé et annoncé sur le nom des communes de la Catalaunie sous la Révolution qui n’avait déjà pas pu trouver place dans notre hors-série sur « les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons ». Sa publication n’est que partie remise et, en attendant, l’auditorium de la bibliothèque nous ouvrira ses portes le 26 janvier pour une conférence, ayant pour titre «Châlons, crénom de noms !», où tous nos adhérents et abonnés sont invités. En attendant, également, notre volet société nous rappelle que, avec la protection du patrimoine, le développement durable de la Catalaunie et la démocratie participative sont au cœur de nos préoccupations. D’où la place que ce numéro accorde aux travaux du Conseil de Développement dont est membre notre association.

Sabine Schepens               Bruno Malthet
rédactrice en chef             président de l’association

 

Les hôpitaux militaires châlonnais en août 1914 : Le Journal de la Marne a publié en août 1915 une série d’articles intitulés « Châlons, il y a un an » retraçant, entre autre, la mise en place et l’organisation des hôpitaux militaires avant leur évacuation face à l’invasion allemande de septembre 1914...
 
Le costume des infirmières  : M. Millerand, ministre de la guerre, adresse à M. Le général commandant la 6e Région, la circulaire suivante qui aura pour but, non seulement de faire respecter les nobles institutions de la Croix-Rouge et des dames de France, mais aussi d’empêcher la propagation des maladies contagieuses traitées dans les hôpitaux ou ambulances...
 
Une mobilisation sanitaire et solidaire : En août 1914, la Croix-Rouge locale et l’Université Populaire de Châlons lancent des appels à la générosité des habitants de l’arrondissement afin d’organiser l’accueil des soldats blessés et malades dans les hôpitaux permanents, auxiliaires et temporaires que compte la ville...
 
L’Hôtel-Dieu pendant l’invasion : A la veille de l’invasion allemande de septembre 1914, les hôpitaux militaires de Châlons sont évacués. Le personnel de l’hôpital civil de la Ville, l’Hôtel-Dieu, décide quant à lui de rester pour soigner ses malades et vieillards intransportables. Le Journal de la Marne relate les faits...
 
Pour les soldats blessés : Le sort des soldats soignés dans les hôpitaux châlonnais donne lieu à la création d’une oeuvre, «Pour nos soldats !», destinée à leur apporter douceurs et réconfort...

L’Œuvre « Pour nos soldats » : L’Union Républicaine publie le 11 octobre 1916 un bilan de l’activité de l’Œuvre « Pour nos soldats » qui restera active durant toute la Grande Guerre...

Nos bonnes sœurs : « Quand nos bonnes sœurs peuvent quitter leur couvent, c’est à l’hôpital qu’elles se rendent et que nous devons les suivre. Dans presque toutes les formations sanitaires, temporaires ou permanentes, elles rivalisent d’abnégation avec les dames de la Croix-Rouge...
 
Les péniches ambulances au jard : En novembre 1914, la CroixRouge affecte des péniches-ambulances qui prennent en charge des soldats blessés soignés dans les hôpitaux militaires de Châlons...
 
Pour les fêtes des soldats hospitalisés : « De tous côtés on se prépare à fournir à nos soldats le moyen de fêter la fin de l’année. Partout on organise la Noël du soldat. Cela est excellent. Mais pourquoi oublierait-on une catégorie, pourtant bien intéressante, parmi nos troupiers ?...
 
En attendant la victoire : A l’occasion du 1er janvier 1915, le docteur Henri Carrière1, affecté à la 19e ambulance, compose un sonnet où il se montre confiant dans la prochaine victoire de la France...
1 Henri Carrière (1881-1943), médecin et poète. Lire sa biographie dans le Dictionnaire des Châlonnais célèbres, éditions du Petit Catalaunien Illustré, 2015.
 
Une soirée récréative : Pour les blessés sont organisées des soirées récréatives comme celle donnée à l’Hôpital temporaire n° 1 en avril 1915...
 
Un infirmier pasteurien : Durant la première guerre mondiale, l’Ecole Normale d’Instituteurs de Châlons, l’ancienne abbaye de Toussaints, est transformée en hôpital temporaire. Celui-ci accueille en 1914 le sergent infirmier Alexis Robillard, passionné de numérologie et vulgarisateur des travaux de Pasteur...

« Souvenir de guerre » : « A l’occasion du premier janvier 1915, le vulgarisateur des travaux de Pasteur, Alexis Robillard, sergent territorial mobilisé à l’hôpital temporaire n° 3 installé dans les locaux de l’Ecole Normale d’Instituteurs à Châlons-sur-Marne, a prononcé le toast suivant...
 
Toast du 14 juillet 1916 : Chargé de l’intendance, Alexis Robillard prépare le 14 juillet 1916 un «menu de guerre», composé de 15 éléments, pour les infirmiers de l’hôpital temporaire n° 3 et prononce un toast à cette occasion...
 
Qui était Alexis Robillard ? [Prudent] Alexis Robillard naît le 15 avril 1870 à Monchy-Humières (Oise). Son père, François Joseph, est un cultivateur âgé de 28 ans, et sa mère, Eglantine Angelina Ballin, une ménagère de 25 ans. A la sortie de l’école communale de son village...
 
L’hôpital temporaire n°3 : Dès le début de la Grande Guerre, l’école normale d’instituteurs, l’ancienne abbaye de Toussaints, est transformée en hôpital temporaire...
 
Robillard, la Patrie et l’Amérique : Alexis Robillard a le patriotisme chevillé au corps et le regard rivé sur l’allié américain...
 
Le conférencier : Quel pouvait être, pour Robillard, l’utilité des fascicules conservés à la bibliothèque de Châlons ? Derrière eux se profile un conférencier passionné par ses sujets, la numérologie et Pasteur...
 
Le vulgarisateur de Pasteur : Alexis Robillard fait de Louis Pasteur un saint laïque dont il se proclame le vulgarisateur de ses travaux lors de conférences où, explique-t-il, s’il n’a «pas l’éloquence de l’orateur», il a «la foi de l’apôtre»...
 
Éloge pasteurien
Astre sidéral, ignorant le déclin,
Lumière de science éclairant la Terre,
Etoile de salut, clarté du matin,
X...
 
Le 40e anniversaire du voeu de Roger Canard : Le 20 octobre 2017, l’association a commémoré le 40e anniversaire du voeu de Roger Canard pour le retour au nom historique de
Châlons-en-Champagne. Extraits du discours prononcé...
 
Champagne ! Du 29 novembre au 30 décembre, la Bibliothèque Pompidou a présenté une belle exposition : « Champagne ! De la vigne au vin. Trois siècles d’histoire »...
 
Histoire et communication : A la ville de Châlons, histoire et communication ne font vraiment pas bon ménage, surtout lorsqu’il s’agit de parler de la et du Champagne...
 
Un laboratoire d’innovations : Le Conseil de Développement vient d’adopter son rapport d’activité 2017 qui devra être examiné et débattu par le Conseil Communautaire. Membre du Codev, l’association Nouvelle Catalaunie l’a approuvé...
 
Quelle stratégie pour le territoire de l’agglomération ? Le Conseil de Développement vient d’émettre un avis sur la stratégie que la Communauté d’Agglomération prépare pour notre territoire au cours des dix prochaines années. Le Petit Catalaunien Illustré l’a parcouru...
 
L’agriculture de demain : Un des objectifs qu’entend poursuivre l’agglomération consiste à « Imaginer l’agriculture de demain, de pointe et connectée mais aussi ancrée dans la proximité ». Qu’en pense le Codev ?...

 
Périphérique ou serpent de mer ? L’achèvement du contournement de l’agglomération châlonnaise sera-t-il au rendez-vous de la prochaine décennie ? Le Conseil de développement, comme tous les acteurs économiques, l’appelle de ses vœux, mais...
 
Tirer parti du Champagne : Dans son avis, le Codev estime important d’ajouter un nouvel objectif à la stratégie territoriale : « tirer parti de la présence historique du Champagne dans le périmètre et à proximité de Châlons Agglo ». Historiquement bien argumentée, cette proposition, que nous reproduisons in extinso, est porteuse d’avenir et d’image pour Châlons...
 
 
« Vers de nouvelles formes d’expressions citoyennes » Présenté à Châlons-en-Champagne, le Livre Blanc du CESER et des Conseils de développement du Grand Est donne du sens à la démocratie participative.
Après Metz en janvier et Mulhouse en mai, Châlons-en-Champagne a réuni le 28 novembre les membres du CESER et des Conseils de développement du Grand Est. Tous étaient venus pour la présentation de leur Livre Blanc, fruit d’un travail de 18 mois de co-construction sur la place de la société civile dans le Grand Est...
 
Hors-la-loi : En autorisant les travaux sur la façade des 11 et 13 rue de la Marne, la Ville de Châlons a délibérément accordé un passe-droit, une pratique qui devient usuelle...
 
Un PLU adopté en catimini : Le Conseil municipal du 12 octobre 2017 avait à se prononcer sur le Plan Local d’Urbanisme : son adoption s’est faite en catimini. Nous n’avons pas trouvé une ligne dans la presse locale faisant état de l’adoption du PLU par le Conseil Municipal de Châlons...
 
Transformation de la ZPPAUP en AVAP : Une réunion publique s’est tenue le 15 décembre 2017 sur la “Transformation de la Zone de Protection du Paysage Architectural Urbain et Paysager (ZPPAUP) en Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP) : Principales évolutions réglementaires”...
 
A lire et à entendre :
La lecture du Canard Enchaîné en date du 29 novembre 2017 est riche d’enseignements. Rebaptiser la crèche Louise-Michel pour des raisons idéologiques est grotesque. Vouloir fermer une bibliothèque relève du même obscurantisme culturel qui a prévalu lorsque cette même municipalté a décidé en 2015 d’interdire au public l’accès quotidien au Musée Garinet et lorsque la municipalité dont elle est l’héritière a fermé définitivement le musée Schiller-Goethe le 1er janviier 2009.
Etudes Marnaises publiées par la SACSAM. Le tome CXXXII, année 2017
69 Gainsbourg de Lolita Roger. Cet ouvrage est un hymne à l’amour que porte Lolita à Serge Gainsbourg,
Châlons : crénom de noms ! Conférence de Bruno Malthet le vendredi 26 janvier 2018 à 18 heures,
auditorium de la bibliothèque Pompidou 68 rue Léon Bourgeois à Châlons-en-Champagne

 
© 2018 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés