2000 ans du nom de Châlons
Tous les numéros et livres publiés depuis 1991...
S'abonner, commander d'anciens numéros ou des livres
 
 

Ce numéro fait l’objet d’un tirage limité. Il sera disponible  à partir du 18 novembre 2017 au prix de 25,00 € dans nos points de vente habituels.

 Bon de commande


 

On ne saurait trop insister sur l’importance de souscrire au plus vite, avant le 31 octobre 2017, pour être assuré de bénéficier de notre édition limitée.

 

Sommaire détaillé

Revue de presse

 

 

Le sommaire de ce hors-série
- l'édito : une histoire unique et exceptionnelle
- première période : de Catalaunum à Châlons
- deuxième période : de Châlons-sur-Marne à Châlons-en-Champagne

Ci-dessus : pages 4 et 1 de la couverture de l'édition prestige : dos carré collé en 300 gr/m²

L'édito :
Une histoire unique et exceptionnelle

 

L’histoire du nom des villes se résume généralement à deux ou trois lignes expliquant son évolution depuis les temps reculés jusqu’à la période moderne. Celle du nom de Châlons constitue une exception, sans nul doute, unique en son genre. De Catalaunum à Châlons-en-Champagne, ce sont 2000 ans d’histoires, dans son histoire, que ce numéro hors-série nous fait revivre et découvrir.

Chronologique, cette histoire perce les zones d’ombres subsistantes et redresse les erreurs communément commises autour de la période révolutionnaire et du XIXe siècle....

1ère période : de Catalaunum à Châlons

Ci-dessus : dernière et première page de la première période du hors-série

Les grandes étapes du nom de Châlons

Du 1er siècle avant JC à la Restauration, 20 dates clés de la première période de ce hors série...

Les origines du nom de Châlons-en-Champagne

De nombreux auteurs se sont penchés sur l’origine du nom de la ville qui, en vingt siècles d’histoire, a subi une lente évolution jusqu’au XIXe siècle, qui le fige...
 

Étymologie de « Châlons »

Le Journal de la Marne du 2 décembre 1891 publie en « Variétés » un article de l’abbé Millard que nous reproduisons. Il apporte à ses lecteurs une signification étymologique du nom gaulois de Châlons. Traduite par « les bons au combat », elle est voisine de celle aujourd’hui admise : « les meilleurs au combat »...
 

Survivance latine du nom

L’usage de la forme latine du nom de Châlons subsiste jusqu’à l’époque moderne et s’est parfois enrichie d’un « h ».
 

Le premier « Chaalons »


Dans son « Histoire du nom d’une ville », publiée dans les Mémoires de la SACSAM en 1990, Jean-Pierre Ravaux signale que, « à partir du XIIIe siècle, on trouve, dans les textes, [le] nom français » de Châlons. Il n’apporte toutefois pas de précisions à ce sujet. Qu’en est-il ?...
 

L’union du nom de Chaalons à la Champaigne

Du XIVe siècle au XVIe siècle, le nom de Chaalons va unir sa destinée avec celui de la Champaigne, tout en conservant son autonomie dans l’usage local. Il va cependant connaître une altération, un temps, en Chaallons. Mais l’usage historique prévaudra...
 

« La guide des chemins de France »
 

Attribué au libraire Charles Estienne, « La guide des chemins de France » paraît en 1533 et est réimprimé en 1552. Il fournit aux lecteurs différents itinéraires dont plusieurs passent par « Chaalons ». L’appellation est usitée huit fois sous sa forme brève suivie, parfois, d’une virgule et, en italique, la mention « sur Marne » pour indiquer que la ville se trouve sur la rivière...

Les évolutions du nom de Chaalons au XVIIe siècle

L’étude des supports écrits et imprimés laisse apparaître un glissement au cours du XVIIe siècle de l’usage médiéval de « Chaalons en Champaigne » vers celle plus moderne de « Chaalons sur Marne » plutôt que « Chaalons en Champagne ». La forme courte « Chaalons », quant à elle, cède également du terrain avec l’invention de l’accent circonflexe...
 

Chaalons au siècle des Lumières

Le déclin de l’appellation médiévale de la ville va se poursuivre tout au long du siècle des Lumières. En uniformisant la langue française, les dictionnaires vont par ailleurs créer une homonymie entre "Châlons sur Marne" et "Châlons sur Saone"...
 

Châlons et les états généraux

Début 1789, lors de la réunion des états des trois ordres du bailliage de Châlons, la plus grande hétérogénéité règne sur le nom de la ville siège...

 

Châlons au début de la Révolution

De 1789 à 1792, il est rare de trouver le nom de la ville cité avec son déterminant dans les registres de ville. A une exception près, il est alors fait usage de la forme longue plaçant Châlons sur la rivière de Marne, nom qui sera retenu lors de la création du département en 1790...
 

Châlons et la tourmente du 25 vendémiaire an II

Dans un article paru dans « Le Fil du Mau » de février 2017, on peut lire que « la Révolution supprime les provinces et interdit l’appellation de Châlons-en-Champagne ». Cette interdiction est dénuée de fondement historique même si l’usage du déterminant rattachant Châlons à sa province disparaît brusquement en 1789...
 
Les causes profondes d’une disparition

Pourquoi l’usage du déterminant « en Champagne » a-t-il disparu brutalement de la sphère publique après le 20 juillet 1789, date où il est mentionné pour la dernière fois dans le registre des délibérations de la municipalité châlonnaise ? Explications...
 
Une fin de siècle confuse

La période révolutionnaire suivant le 25 Vendémiaire an II entretient l’ambiguïté entourant les différents usages du nom de Châlons...
 
Châlons ou Chaalons ?

Bien que devenue officiellement « Châlons » en 1801, la ville entretient l’ambivalence autour de son nom, sous l’Empire et la Restauration, en usant, comme parfois le Préfet, de l’ancien style « Chaalons »...
 

Châlons-en-Champagne sous la Restauration

On peut lire, dans « Le Fil du Mau » de février 2017, que « l’ordonnance royale du 8 juillet 1814 décide que les villes ayant changé de nom sous la Révolution, doivent reprendre leurs dénominations. Mais le décret impérial du 14 avril 1815 annule très vite cette ordonnance. Châlons-en-Champagne redevient Châlons ». Il n’en est rien...
 

Une confusion entre les deux Châlons en 1829 ?

Depuis l’arrêté de 1801 du consulat fixant le nom des communes, l’existence de deux villes portant le même nom, l’une sur la rivière de Marne, l’autre sur la Saône, était-elle source de confusion ?...
Châlons et le champagne

Pas plus que pour Châlons, la Révolution n’a interdit l’usage du déterminant «Champagne» pour désigner les vins tranquilles ou effervescents produits essentiellement dans la vallée de la Marne...

2ème période : de Châlons-sur-Marne
à Châlons-en-Champagne

Ci-dessus : dernière et première page de la deuxième période du hors-série

Les grandes étapes du nom de Châlons

De la Monarchie de Juillet à 2017, les 23 dates clés de Châlons-sur-Marne à Châlons-en-Champagne...

La lente ascension de Châlons-sur-Marne

Sous la Monarchie de Juillet et le second Empire, l’usage courant de la forme longue « Châlons-sur-Marne » s’installe lentement, mais sûrement...
 

L’esprit inventif des Châlonnais

Qu’ils soient à Châlons ou à Châlons-sur-Marne, les Châlonnais ont l’esprit inventif, comme en témoigne la lecture du Bulletin des lois...
 
Châlons-sur-Marne, fille de la IIIe République

A la chute du second Empire, la forme de Châlons-sur-Marne est devenue habituelle, y compris dans l’usage privé. Il lui restait une étape à franchir : devenir officielle. Ce sera chose faite sous la IIIe République à l’occasion du recensement de 1876...
 
Au fil du bulletin des lois

Malgré l’officialisation en 1878 du nom de « Châlons-sur-Marne », le bulletin des lois va continuer à utiliser concurremment celui de « Châlons »...
 

Vive Châlons !

Malgré l’officialisation de l’usage de Châlons-sur-Marne, l’emploi de la forme courte subsiste sous la IIIe République et se chante...
 

Châlons-sur-Marne, ville de garnison

Les cartes postales contribuent à diffuser l’image de Châlons-sur-Marne, ville de garnison, jusqu’à la fin du XXe siècle. Pourtant, sous les crépis crasseux du centre ville, l’image médiévale de Châlons-en-Champagne ressurgit...

 
Châlons-sur-Marne, ville de garnison

Les cartes postales contribuent à diffuser l’image de Châlons-sur-Marne, ville de garnison, jusqu’à la fin du XXe siècle. Pourtant, sous les crépis crasseux du centre ville, l’image médiévale de Châlons-en-Champagne ressurgit...

 
Un voeu de Roger Canard

Le 20 octobre 1977, Roger Canard, maire-adjoint, présente au conseil municipal de Châlons-sur-Marne un voeu pour l’émission d’un timbre poste sur le cloître de Notre-Dame-en-Vaux. Il en formule un second, non inscrit à l’ordre du jour, à savoir changer le nom de la ville afin qu’elle redevienne Châlons-en-Champagne. Le Petit Catalaunien Illustré est allé consulter le registre des délibérations...
 
Débat autour du voeu


Le voeu formulé par Roger Canard pour le retour au nom historique de Châlons en Champagne donne lieu à un débat, sans vote, au sein du Conseil municipal...

 

Premiers échos au vœu de Roger Canard
Faut-il rebaptiser Châlons-sur-Marne « Châlons-en-Champagne » ? » Sous ce titre, le journal L’Union rend compte de la proposition faite par Roger Canard...
De la réflexion à la consultation

Après 10 années de réflexion, d’enrichissement et parfois de stagnation, les Châlonnais sont consultés en 1987 sur le retour au nom historique de Châlons-en-Champagne. A 78%, ils s’y déclarent favorables...
 
Une étape historique

Le 31 mars 1988, Jean Reyssier, Député-Maire, présente au Conseil municipal de Châlons-sur-Marne une délibération ayant pour objet le « retour à l’appellation historique de Châlons-en-Champagne ». Adoptée à l’unanimité, elle donne lieu à des débats aussi riches que constructifs.
 
La délibération

Conseil municipal du 31 mars 1988
Délibération numéro 37 : Nom de la commune de Châlons-sur-Marne
demande du conseil municipal de retour à l’appellation historique de Châlons-en-Champagne...
 
Confusions ministérielles

Les confusions entre Châlons-sur-Marne et Chalon-sur-Saône ne manquent pas. Elles alimentent régulièrement la chronique locale et affectent aussi les visites ministérielles, raconte Roger Canard...
 
Vade mecum du retour à Châlons en Champagne
 

Changer le nom d’une commune est affaire de patience. Lors du Conseil municipal du 8 mars 1988, Roger Canard explique à ses collègues comment il convient de naviguer sans se laisser emporté par les flots...
 

Les Champenois, punaiseux et pouilleux ?

Confusion : A qui la faute ?

Perplexité et paradoxe

 

L’avis du Conseil général

Le 17 juin 1988, le Conseil général examine le vœu de la ville de Châlons de retrouver son appellation historique et émet un avis favorable...
 
Un refus inattendu ?

La consternation est de rigueur lorsque le refus ministériel tombe pendant la Foire de Châlons-en-Champagne en août 1989. Pourtant, le contenu du dossier ne pouvait que conduire à l’échec...
 
Actualité municipale

Lors de la séance du Conseil municipal du 12 octobre 1989, Jean Reyssier aborde le dossier de Châlons-en-Champagne dans sa déclaration liminaire et rappelle qu’il n’est pas question de se résigner...
 
« Etre les meilleurs au combat »

De 1991 à 1994, le dossier du retour à Châlons-en-Champagne stagne et une certaine lassitude se fait jour. Toutefois, parce que étymologiquement, le nom celtique des Catalaunes, auquel Châlons doit son nom, signifie « les meilleurs au combat », le Club Châlons en Champagne refuse de baisser les bras...
 
Pourquoi vouloir revenir à Châlons-en-Champagne ?

En 1994, Gabriel Rigot, président du «Club Châlons en Champagne», explique dans le Petit Catalaunien Illustré les raisons de son combat pour le retour à l’appellation historique...
 
N’est pas en Champagne qui veut !

Juridiquement, seule la ville de Châlons peut aujourd’hui prendre l’appellation « en Champagne ». Pourtant la convoitise est grande...
 
Châlons-en-Champagne, enfin !

Dix-huit ans après sa formulation, le vœu de Roger Canard devient enfin réalité le 6 novembre 1995 après une année mouvementée. Si le décret officialisant le retour à Châlons-en-Champagne est bien accueilli, il suscite aussi des oppositions et interrogations quant à ses conséquences financières...
 
Quand, à la Poste, Châlons-sur-Marne devint en Champagne

Le changement de nom de Châlons a donné lieu à la création de flammes postales et à quelques avatars...
 
Retour à la case départ

L’annulation par le Conseil d’Etat du décret autorisant le retour au nom historique de Châlons-en-Champagne sème consternation et colère...
 
Réaction de l’association Nouvelle Catalaunie

Le 15 mars 1997, sitôt connue les conclusions du commissaire du gouvernement proposant au Conseil d’Etat d’annuler le décret du 6 novembre 1995, l’association Nouvelle Catalaunie a publié un communiqué...
 
Les pour et les contre

De mars à mai 1997, le journal l’Union a publié une série de réactions des «Chalonsenchampagnophiles» et des «Chalonsenchampagnophobes». Nous en avons extrait deux pour et deux contre symptomatiques du clivage créé par l’annulation du décret autorisant le retour à Châlons-en-Champagne...
 
Une séance surréaliste au chevet de Châlons-en-Champagne

Le Conseil municipal de Châlons se réunit le 14 avril 1997 pour débattre de la situation créée par l’annulation du retour au nom historique de la ville. Le Petit Catalaunien Illustré est allé consulter le registre des délibérations
relatant cette séance surréaliste...
 
Extrait de la délibération n° 1264 du 14 avril 1997

La délibération est présentée par le Député-Maire, Bruno Bourg-Broc, et comporte un exposé des faits donnant sa version de l’histoire du décret annulé à la suite du recours déposé par M. Marchal...
 
Le 2e retour à Châlons-en-Champagne

Sans confondre vitesse et précipitation, le retour définitif au nom historique de Châlons-en-Champagne intervient neuf mois après son annulation par le Conseil d’Etat...
 
Quand la Poste redevint en Champagne

Suite à l’annulation par le Conseil d’État du changement de nom, comment le service postal a-t-il réagi au cours des neufs mois durant lesquels Châlons-en-Champagne redevint Châlons-sur-Marne ? ...

 
Châlons-en-Champagne : et maintenant ?

Dès connaissance de la décision reconnaissant le bien-fondé de la demande de Châlons de retrouver son toponyme historique, l’association Nouvelle Catalaunie a publié un communiqué le 21 décembre 1997. D’aucuns l’auront trouvé curieux, voire osé. Pourtant...
 
Champagne, nom de lieu !

Pour célébrer le retour au toponyme historique de Châlons, le Musée municipal a exposé en 1998 une série de documents d’archives rendant à notre toponyme son contexte historique et sémantique.

 
Regards sur les vingt ans de Châlons-en-Champagne

Vingt ans après le retour définitif à Châlons-en-Champagne, quel bilan peut-on en tirer ?...
 
Réflexions sur l’évolution du nom de Châlons

Arrivé au terme de ce voyage dans les 2000 ans d’histoire(s) du nom de Châlons, je ressens comme un trouble à l’idée d’avoir tout à la fois exploré son identité profonde et survolé bien des étapes de son existence. D’où une certaine frustration de n’avoir pas pu, faute de sources suffisantes, décrypter pleinement le rapport que nos lointains ancêtres ont entretenu avec l’une et l’autre des orthographes du nom de Châlons et avec ses deux déterminants...
Hommage aux acteurs du retour à Châlons-en-Champagne

Cinq acteurs locaux ont joué un rôle déterminant et complémentaire, entre 1977 et 1997, dans le retour au nom historique de Châlons-en-Champagne...

Roger Canard (1921-2006)1
Jean-Pierre Ravaux (1942– 2008)1
Gabriel Rigot (1927-1998)1
Jean Reyssier (1922 – 2003)1
Bruno Bourg-Broc  (né en 1945)

1. Lire leur biographie dans Le Dictionnaire des Châlonnais, éditions du Petit Catalaunien Illustré, 2016.
 

Roger Canard (1921– 2006)

Ce radio-amateur saisit la magie du nom historique de Châlons-en-Champagne en conversant sur les ondes avec des correspondants du monde entier, dont le roi Hussein de Jordanie. Élu maire adjoint de 1977 à 1995, il présente au Conseil municipal le 20 octobre 1977 un vœu pour que Châlons-sur-Marne reprenne son nom historique. Avec les appuis historique de Jean-Pierre Ravaux et politique de Jean Reyssier, il œuvre avec fougue et persévérance pour que ce vœu devienne réalité. Père spirituel du retour au nom historique, il est le seul des principaux acteurs disparus à qui la Ville de Châlons n’ait pas encore rendu hommage en donnant son nom à un espace public.

Revue de presse

L'Union du 21 octobre 2017

 
© 2017 Association Nouvelle Catalaunie
Tous droits de reproduction et de représentation réservés